boycott bacardi
















> boycott bacardi

>>Peuples des Univers de la nuit ne vous laissez plus abuser !
Une infâme boisson frelatée qui ose se faire appeler rhum sévit dans plusieurs lieux clef de la vie nocturne inter-galactique. Sa publicité proclame hypocritement « maison fondée à Cuba en 1860 », la mention pour être complète devrait préciser «expropriée et jetée hors de l’île par le peuple cubain en 1962 !»…Et hors du verre de tout amateur qui se respecte, lui ses papilles gustatives, son foie, ainsi que sa foi révolutionnaire en un rhum et des mondes meilleurs !

>Appel au boycott (facile, vu le goût) de bacardi
Depuis l’expropriation et la nationalisation, ses anciens-patrons sont installés à Miami et sont membres influents du lobby d’exilés cubains des plus réactionnaires, à l’extrême de la droite. Bacardi est la multinationale la plus radicale dans ce combat bien plus politique qu’économique. Elle dispose de moyens de pressions déclarés sur le congrès Etats-Uniens lui-même. Imposant chaque année des renforcements d’un blocus criminel unilatéral et dénoncé illégal par l’ONU ou même la CEE, ce depuis belle lurette(lois Helms-Burton). Blocus dont la population cubaine est la première victime et qui sert trop souvent les erreurs du régime en justifiant sa mentalité d'assiégé. Cette transnationale impériale mène une véritable guerre occulte contre la souveraineté de Cuba. La firme, dans les années ‘70, apporta sa contribution en dollars à la Mafia pour financer de nombreuses tentatives d’assassinat de Fidel Castro, Che Guavara ou bien d’autres opérations terroristes sur l’île.(lire à ce sujet l’hilarant « Fidel Castro mort de rire » de M.More)

Dans le livre Rhum Bacardi. CIA, Cuba et mondialisation d'Hernando Calvo Ospina on découvrira également comment Bacardi a soutenu la CIA dans sa lutte contre Cuba et son appui aux « contras » du Nicaragua, dans ses coups en Amérique latine ou en Angola. Un étonnant cocktail de rhum et de politique ou comment une entreprise privée sert le terrorisme d’Etat. Plus proche : bacardi a échoué dans sa tentative d’usurper la marque « Habana Club » et a perdu le procès contre Pernod qui a l’audace de distribuer ce rhum cubain chez nous !

Heureusement et comme vous le constaterez, toujours plus nombreux sont les établissements qui décident de proposer de vrais rhums authentiquements cubains tel le Habana Club que l’on trouve en grande surface ou le Ron Varadero disponible dans les magasins Oxfam.

Alors camarade nocturne, toi aussi rejoint les brigades de la fiesta internacional et bois l’âme en paix la salsa caliente de cana!

activista.be

Campagne boycott-bacardi
[Oxfam]

Otto Reich et la contre-révolution [bacardi-cover-ops][Voltairenet]

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire